> EN

Doel is an abandoned Belgian village. Today part of the district of Beveren, Doel was in 1977 an autonomous municipality of 25.61 km², a population of about 1300 inhabitants. For some time now, the area has been chosen as a location for one of the two nuclear power plants of the country. The expropriation of the inhabitants of this village was decided in 1999 by the Flemish Region Authority. Some last inhabitants still struggle for the survival of their village, which has been delaying the whole process for quite some time now.

After travelling several kilometers in an exclusively industrial landscape, we arrive at the village of Doel. Deserted streets, abandoned houses, broken windows, graphs on the walls… the decor seems unreal, both poetic and disturbing. Everyday, visitors come (sometimes from far away) to walk around and take pictures. Among all this abandoned space, the latest inhabitants gather in the village cafe, still in use and at the foot of a typical Polder mill, as well as in the village church, still intact. While waiting for its destruction, the place has become an attraction for tourists, taggers, photographers but also vandals and drug addicts …

Nevertheless, the pictures of this village remind us that Doel once was a village full of life, with its inhabitants, its school, its business and its small square …

> FR

Doel est un village belge. Aujourd’hui intégré dans l’entité de Beveren, Doel était jusqu’en 1977 une commune autonome, d’une superficie de 25,61 km², et d’une population de quelques 1300 habitants. Depuis quelques décennies, le village a été sélectionné comme lieu d’implantation d’une des deux centrales nucléaires que compte la Belgique et, avec l’expansion du port d’Anvers, l’expropriation de ses habitants a été décidée en 1999 par l’autorité régionale flamande. Depuis lors, certains habitants luttent continuellement pour la survie de leur village, ce qui semble retarder l’échéance de son sort… du moins pour le moment.

Après parcourir plusieurs km dans un paysage exclusivement industriel, le village de Doel s’offre à nous dans toute sa splendeur. Des rues désertes, des maisons abandonnées, des vitres brisées, des tags sur les murs… le décor semble irréel, à la fois poétique et inquiétant. Tous les jours, des visiteurs parfois venus de très loin viennent se balader et prendre des photos. Parmi tout cet espace abandonnée, les derniers riverains se retrouvent dans le café du village, toujours en service et au pied d’un moulin typique des Polders, ou encore dans l’église du village, toujours intacte. En attendant sa destruction, le lieu est devenu une attraction pour touristes, tagueurs, photographes mais aussi vandales et drogués…

Toutefois, les photographies prises dans ce village fantôme nous rappellent que Doel fut un temps un village plein de vie, avec ses habitants, son école, son commerce et sa petite place…


© Urbex Vision

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :